Espace producteur

Une «base de données» sur les enjeux majeurs pour la production

Identifier et rendre « lisible » auprès des leaders d’opinion et de la presse les secteurs de production impactés par les projets européen et national de réduction du nombre de molécules phytosanitaires.

L’approche juridique privilégie « l’entrée » par matière active. Cette « entrée » est adoptée par l’Union Européenne et par le gouvernement français notamment pour la mise en œuvre des mesures nationales de réduction des produits phytosanitaires (PRIPP, …).

À l’inverse, le Collectif Sauvons les Fruits et légumes a choisi de privilégier l’approche culture par culture et de recenser pour chacune la ou les usages clefs de protections phytosanitaires stratégiques ou essentielles, susceptibles de remettre en cause la production française.

L’objectif est de communiquer d’une manière simple et précise sur les impacts.

Un outil simple = une fiche = une production = un ou des usages clefs


*********************************

Synthèse

Réduction du nombre de produits phytosanitaires
 : la fin programmée des fruits et légumes en France !

La France et l’Europe se sont engagées dans une réduction drastique des pesticides. Les maladies et les parasites qui attaquent les cultures n’ont pas pour autant disparu ! Certaines productions se trouvent même déjà sans molécule pour lutter contre les agressions. Cette situation s’avère catastrophique à l’heure où le climat est propice au développement des maladies fongiques (mildiou, tavelure…). Pour pallier le manque de molécules, il est parfois question dans les débats de « solutions alternatives ». De quoi s’agit-il précisément ?

C’est dans cette optique que le Collectif Sauvons les Fruits et légumes a réalisé une étude d’impact. Les conséquences de la réduction des molécules pour les cultures maraîchères et arboricoles françaises y sont recensées. Production par production, l’étude établit un état des lieux des enjeux stratégiques ou essentiels pour la protection des cultures. Leurs contraintes techniques, agronomiques et économiques sont analysées.

La réduction du nombre de molécules ne peut s’envisager qu’avec une approche pragmatique qui part du champ. L’objectif est de donner aux producteurs une palette de solutions diversifiées et performantes.

Les commentaires sont fermés.