Relations producteurs – voisinage : Les associations environnementalistes choisissent la stratégie de la confrontation

Communiqué de presse

 

Relations producteurs – voisinage

Les associations environnementalistes choisissent la stratégie de la confrontation

 

Le 11 avril 2019 – Alors que les agressions anti-pesticides envers les agriculteurs se multiplient, (la plus récente concernant EGALEMENT un producteur d’olives bio), le Collectif Sauvons les Fruits et Légumes de France s’étonne de la communication de certaines associations environnementalistes dont le contenu pourrait pousser à des incidents majeurs ces prochains mois.

Les dernières agressions d’un céréalier début mars dans l’Ain[1] et d’un producteur d’olives bio le 8 avril dans les Bouches-du-Rhône[2], révèlent la situation de plus en plus tendue dans nos campagnes. Certains riverains, trompés par les déclarations partielles ou erronées d’associations environnementalistes en viennent aux mains dès qu’un pulvérisateur est aperçu dans un champ. Peu importe d’ailleurs la substance que l’agriculteur épand : fertilisant, produit phytosanitaire bio ou conventionnel. Cette atmosphère lourde est alimentée quasi-quotidiennement sur les réseaux sociaux par des associations ou des collectifs justifiant ce genre de comportement par des affirmations caricaturales.

Flou magistral sur la réalité et stratégie mortifère

La dernière brochure de l’association environnementaliste Générations Futures « Riverains Victimes des pesticides »[3] en est l’exemple type. Si elle prend bien garde d’appeler à la discussion entre riverains et agriculteurs, son contenu (témoignages non sourcés, données de prévalences de maladies contradictoires et sorties de leur contexte, etc.) est construit afin d’ériger chaque riverain en contrôleur des pratiques agricoles en lieu et place des autorités compétentes. Ainsi, sur la problématique de la maladie de Parkinson, Générations Futures met en avant une étude datant de 2003 pour afficher que l’exposition aux pesticides entraine « 5 fois plus de risques de développement de la maladie de Parkinson ». Cette étude à laquelle il est fait référence est une analyse sur un nombre limité de cas survenus il y a plus de 20 ans[4]. Quant aux données publiques de Santé Publique France qui affirment que l’incidence de la maladie de Parkinson est plus élevée de 13% chez les exploitants agricoles par rapport à la population générale[5], elles sont assorties selon cette agence nationale d’une extrême prudence sur le lien avec l’utilisation de pesticides. Quelle donnée faut-il retenir, « x 5 » ou « + 13 % » ? Générations Futures conforte délibérément une communication anxiogène en choisissant à travers la mise en page de sa brochure : « x 5 ». Rappelons enfin les chiffres de la Mutuelle Sociale Agricole : en 2016, la maladie de Parkinson provoquée par des pesticides représente 2,7% du total des maladies professionnelles[6].

Après l’association Eaux et Rivières de Bretagne qui invite les riverains à la délation de pratiques pourtant parfaitement autorisées,[7] il est à parier que les violences déjà observées vont se multiplier avec un risque d’un incident majeur. Le collectif dénonce cette stratégie délibérée et dangereuse.
Face à des associations souhaitant prendre la place des autorités sanitaires et de contrôle compétentes, le Collectif Sauvons les Fruits et Légumes de France appelle l’Etat à réaffirmer son autorité et à ne pas céder aux pressions anxiogènes.

[1] https://www.pleinchamp.com/grandes-cultures/actualites/ain-un-agriculteur-agresse-pour-cause-d-epandage-de-phytos
[2] http://www.lafranceagricole.fr/actualites/cultures/agression-attaque-pour-avoir-epandu-un-produit-bio-1,7,118357529.html
[3] https://www.generations-futures.fr/actualites/riverains-victimes-pesticides-brochure/
[4] Neurodegenerative Diseases and Exposure to Pesticides in the Elderly, I. Baldi et al, Am J Epidemiol. March 2003 1;157(5):409-14.
[5] https://www.santepubliquefrance.fr/Actualites/Maladie-de-Parkinson-2-fois-plus-de-cas-en-25-ans
[6] http://www.sauvonslesfruitsetlegumes.fr/?p=1508
[7] https://actu.fr/bretagne/brest_29019/une-appli-recenser-lutilisation-desherbants-totaux-bretagne-demander-leur-interdiction_22575315.html

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire