Pesticides : Michel-Edouard Leclerc atteint de cécité

 

Communiqué de presse

 

Pesticides : Michel-Edouard Leclerc atteint de cécité

Le Collectif Sauvons les fruits et légumes de France dénonce l’incurie du géant                                          de la grande distribution

 

Paris, le 12 décembre 2016 – Michel-Edouard Leclerc, affiche dans une tribune publiée* le 8 décembre sa volonté de « déclarer » la guerre aux pesticides » dans ses magasins. Derrière ce slogan choc, le PDG des enseignes E. Leclerc annonce un plan d’actions qui révèle surtout son ignorance totale des pratiques agricoles. Le Collectif Sauvons les fruits et légumes de France dénonce les trois aveuglements du géant de la grande distribution.

Le PDG souhaiterait en effet :

1-      L’établissement d’un « comité scientifique »

Or celui-ci existe déjà. C’est le rôle de l’Agence pour la Recherche et l’Information en Fruits et Légumes (APRIFEL) qui réunit un conseil scientifique avec des experts nationaux indépendants et un conseil de consommateurs (avec des associations de consommateurs agréées).

Pourquoi donc Michel-Edouard Leclerc veut-il alors créer un comité qui dépendra surtout de la grande distribution ?! Les producteurs sont surtout soucieux de l’indépendance scientifique vis-à-vis de la grande distribution !

  • La «valorisation des pratiques alternatives »

Sans doute peut-on amplifier ces valorisations mais comment passer sous silence le travail considérable réalisé dans le réseau de fermes Dephy qui rassemble plus de 1 900 exploitations agricoles engagées dans une démarche volontaire de réduction de l’usage de pesticides ?! Comment balayer d’un revers de la main les bonnes pratiques développées par les instituts techniques depuis tant d’années ? Comment oublier les efforts réalisés par les producteurs dans le cadre du plan Ecophyto ?

3- Une évolution des « cahiers des charges qualitatifs du Groupement dachat dE. Leclerc et de la Scamark »

Pourquoi vouloir durcir des contraintes alors que les cahiers des charges auxquels se soumettent les paysans existent déjà et sont nombreux ! C’est le cas de GlobalGap qui est le référentiel rédigé au départ uniquement pour la filière fruits et légumes à l’initiative de la grande distribution d’Europe du nord en 1997. Quid du label Agriconfiance ? De l’agriculture raisonnée ?  Sans parler du cahier des charges spécifiques à chaque filière de production ?! De qui se moque Michel-Edouard Leclerc ? Imposer de nouvelles normes reviendrait à décrédibiliser l’ensemble de ces cahiers des charges existants.

Comment Michel-Edouard Leclerc peut-il oser dire que les fruits et légumes seraient « gavés » aux pesticides ? Selon l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA), les fruits et légumes que l’on trouve sur les étals sont sains et de qualité. Plus de 97% des productions présentent des niveaux de résidus se situant dans les limites européennes légales. Ajoutons que des organismes indépendants réalisent également des tests de contrôle avant la mise sur marché des denrées. Laisser entendre le contraire de la part du PDG d’une enseigne aussi connu est stupéfiant.

Dans son ignorance, Michel-Edouard Leclerc laisse entendre que le bio ne contiendrait pas de résidus alors qu’environ 15 000 tonnes de soufre et de cuivre sont utilisées chaque année en France pour traiter entre autres ces productions ! D’ailleurs, le dernier rapport de l’EFSA publié en octobre 2016 précise que la présence de résidus de pesticides a été quantifiée dans 12,4% des 4 792 aliments bio analysés – ce qui ne suscite en soi aucune inquiétude en termes de santé publique – et que 1,2% d’entre eux dépassaient les Limites Maximales de Résidus (LMR) réglementaires.

Bien au-delà de l’image « verte » et « ONG compatible » qu’il peut retirer d’une telle communication, Michel-Edouard Leclerc pense avant tout à la valeur de la marge qu’il sera susceptible de dégager avec les produits bio par rapport à la vente de denrées issues de l’agriculture conventionnelle pourtant tout aussi saines et sûres. Mais attention, céder au chantage d’ONG, c’est mettre la main dans un engrenage qui ne peut que les encourager à aller plus loin encore dans les exigences…

 *http://www.huffingtonpost.fr/micheledouard-leclerc/je-declare-la-guerre-aux-pesticides-dans-mes-magasins-et-voici-c/

**http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.2903/j.efsa.2016.4611/epdf

 

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>