L’ANSES réaffirme avec force que les fongicides SDHI sont sûrs

Paris, le 26 juillet 2019 Suite à une « alerte » lancée en avril 2018 par quelques chercheurs dans le journal Libération[1], et à un premier rapport rendu en janvier dernier[2], les scientifiques de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) viennent de rappeler pour la deuxième fois en six mois l’innocuité des fongicides SDHI.

En janvier dernier, les scientifiques mandatés par l’ANSES dans le cadre d’un GECU (groupe d’expertise collective d’urgence) avait déjà conclu à l’innocuité des fongicides de la famille des SDHI tout en appelant à des études complémentaires. Hier, via un communiqué[3], l’ANSES a confirmé qu’« à ce jour, aucun nouvel élément n’est venu confirmer l’existence d’une alerte sanitaire qui conduirait au retrait des autorisations de mise sur le marché en vigueur, conformément aux règlements nationaux et européens relatifs aux produits phytopharmaceutiques ».

Pour les producteurs de fruits et légumes, ce rappel est le bienvenu alors que certaines associations environnementalistes ont fait de cette question un nouveau cheval de bataille dans leur stratégie de marketing de la peur. Faisant fi de l’expertise de nos autorités sanitaires, elles en viennent à pousser des scientifiques à sortir de leur sphère de compétences pour rentrer dans une démarche militante contre-productive.

Le Collectif Sauvons les Fruits et Légumes de France rappelle que les fongicides SDHI font partie d’une gamme d’outils diversifiés et indispensables, à leur disposition pour lutter contre la prolifération des maladies fongiques (Outils d’Aide à la Décision, solutions de biocontrôle, etc.). Les agriculteurs sont engagés dans des démarches de progrès pour produire dans le respect de l’environnement et des consommateurs. Ces dernières années, la pression des maladies fongiques s’est fortement accrue, en lien notamment avec le changement climatique. Le printemps 2018 a été particulièrement révélateur de ce phénomène : sans une utilisation raisonnée de fongicides en complément des moyens de lutte agronomique, des milliers de producteurs auraient perdu la totalité de leur récolte. Enfin, il convient de rappeler que les fongicides sont essentiels pour préserver la qualité sanitaire des denrées, en permettant notamment de limiter le développement de toxines naturelles préjudiciables à la santé humaine.


[1] https://www.liberation.fr/debats/2018/04/15/alerte-scientifique-sur-les-fongicides_1643533

[2] https://www.anses.fr/fr/content/fongicides-inhibiteurs-de-la-succinate-d%C3%A9shydrog%C3%A9nase-sdhi-l%E2%80%99anses-pr%C3%A9sente-les-r%C3%A9sultats-de

[3] https://www.anses.fr/fr/content/sdhi-l%E2%80%99anses-fait-le-point-sur-les-travaux-lanc%C3%A9s-suite-%C3%A0-l%E2%80%99avis-de-janvier-2019

Laisser un commentaire