Attaques contre l’ANSES : une remise en cause inacceptable de la science

Le Collectif Sauvons les Fruits et Légumes de France dénonce les dérives de l’appel

« nous voulons des coquelicots »

 

Paris, le 14 septembre 2018 A l’occasion de l’appel « nous voulons des coquelicots » visant à interdire tous les « pesticides de synthèse », l’hebdomadaire Charlie Hebdo s’en est pris hier au directeur de l’ANSES, Roger Genet. Une dénonciation calomnieuse et caricaturale que dénonce le Collectif Sauvons les Fruits et Légumes de France.

La nouvelle campagne lancée par des personnalités marquées par leur militantisme anti-agriculture est l’occasion de porter les coups les plus bas. C’est ainsi que le journal Charlie Hebdo, porteur médiatique de l’appel, « nous voulons des coquelicots », a publié un long article sur l’autorité française de sécurité sanitaire, l’ANSES. L’occasion de viser directement son directeur, Roger Genet, accusé d’entretenir des liens étroits avec les « industriels ».

Pour le Collectif Sauvons les Fruits et Légumes de France, ce type d’article est une manière manifeste de saper la confiance que peuvent avoir nos concitoyens dans cette agence chargée depuis 2015 de la délivrance des autorisations de mises sur le marché des produits phytosanitaires. Ce processus d’homologation répond en effet à des processus scientifiques stricts, totalement indépendants du pouvoir politique. Ce travail, l’ANSES l’accomplit avec rigueur, y compris lorsque ses décisions bousculent le travail des producteurs des fruits et légumes.

 

Glyphosate : inversion totale du processus de décision

Dans le même article, Charlie Hebdo reproche également à Roger Genet d’avoir un avis contraire au gouvernement sur le glyphosate. Roger Genet s’est en effet exprimé à de multiples reprises sur cette question, notamment devant des parlementaires au Sénat[1] le 6 juin dernier, en affirmant qu’aucune donnée scientifique actuelle ne justifie le classement cancérogène probable de cette substance. En exigeant de l’ANSES de se ranger à l’avis du gouvernement (interdiction immédiate du glyphosate sans justification), Charlie Hebdo demande à l’agence de sécurité sanitaire française de rompre son indépendance scientifique et à son directeur, Roger Genet, de mentir.

Il est aujourd’hui primordial que les Ministères de tutelle de l’ANSES en charge de la Santé, de l’Agriculture, de l’Environnement, du Travail et de la Consommation réaffirment tous leur confiance dans les travaux de l’agence et s’appuient sur ses avis scientifiques et non sur le lobbying de personnalités ou d’ONG environnementalistes. Celles-ci ont pris pour habitude de diffamer l’excellence du travail réalisé par l’ensemble de l’organisation sanitaire française (pouvoirs publics compris). Cette pression sur la science et les scientifiques est une nouvelle preuve du populisme écologique qui se développe en France et que l’on a vu à l’œuvre dans les débats sur la vaccination.

[1] https://www.senat.fr/les_actus_en_detail/article/table-ronde-sur-les-produits-phytosanitaires.html

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire